Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > Rébellion du M23 : des bandits armés menacent les activistes de la société (...)

Kivu/ RDC : Une guerre sans éthique et sans frontières

Rébellion du M23 : des bandits armés menacent les activistes de la société civile de Beni

By Guilain Mathe, 27 juillet 2012

La rébellion du M23 au Kivu se dessine de plus en plus vers le schéma de régionalisation de la crise congolaise de 1998-2003. Dans son communiqué de presse du 26 juillet 2012, la coordination de la société civile du Kivu a dénoncer la présence des militaires rwandais et ougandais en appui à la rébellion du M23 depuis la recrudescence des affrontements en début de semaine. Elle a en outre lancée une campagne de mobilisation des populations civiles à klaxonner tous les jours de 12h à 12h05 en vue d’exiger le déploiement rapide d’une force internationale neutre au long de la frontière rwando-congolaise telle que convenue par l’Union Africaine à Addis-Abbeba le 15 juillet 2012, pour traquer les forces négatives (dont le M23 et les FDLR) qui font des atrocités odieuses dans la région. Suite à ces mobilisations initiées par la société civile pour barrer la route aux agresseurs criminels, les activistes de la société civile font malheureusement l’objet des attaques ciblées dans les principales villes du Nord-Kivu (Beni, Butembo, Goma, Rutshuru...).

Source : http://radiookapi.net/actualite/201...

Les activistes de la société civile de Beni, au Nord-Kivu vivent sous la menace des bandits armés parce qu’ils mobilisent la population contre la rébellion menée par le M23 depuis le mois d’avril dernier dans la province du Nord-Kivu. Ces menaces sont devenues récurrentes, selon eux.

Gilbert Kambale, de la coordination de la société civile de Beni-ville, affirme que la maison du vice-président de cette structure, Guy Boyoma, a été attaquée deux fois en l’espace d’une semaine par des bandits armés.

« Cette nuit, les bandits ont fui à cause du concert des sifflets et des bidons ainsi que de patrouilles de la police dans la ville », a-t-il indiqué à Radio Okapi.

« Il y a des amis qui reçoivent des menaces au téléphone, parce qu’ici nous avons fait des marches simultanées depuis Kanyabayonga jusqu’à Arengeti pour dire notre refus à la guerre du M23 et à la balkanisation de la RDC », dit Gilbert Kambale.

Chaque midi, des coups de sifflet retentissent de partout à Beni pour demander le déploiement rapide, à la frontière de la RDC avec le Rwanda, de la force internationale neutre qui devra combattre les groupes armés dont le M23 et les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), affirme la même source.

Le principe du déploiement de cette force préconisé lors du dernier sommet de l’Union africaine (UA), à Addis Abeba (Ethiopie) par la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL), avait été approuvé par les chefs d’Etat congolais, Joseph Kabila, et son homologue rwandais, Paul Kagame.

Par ailleurs, le chef de la localité de Rumangabo (50 km au Nord de Goma), notable Manisimwa est porté disparu depuis le début de la semaine. Selon des sources concordantes du groupement de Rugari, ce notable avait été invité dans une réunion convoquée par les responsables du M23 où il se serait opposé à l’option de recrutement des jeunes gens de sa localité au sein de ce mouvement rebelle.

Selon les mêmes sources, le notable Manisimwa aurait été torturé à mort par les rebelles du M23. Une nouvelle qui n’est pas confirmée par les autorités administratives de Rutshuru.

Mis en ligne par Guilain Mathe

Director, GLPIC

1 Message

  • Il fallait sans doute une ceairtne dose de courage pour s’exprimer ainsi e0 Davos devant un parterre qui n’e9tait pas acquis e0 sa cause. De mon point de vue, les ide9es sont justes. Sur le fond, l’euro existe seulement parce que nous y croyons tout comme le dollar est la monnaie des e9changes parce que c’est une convenance. Il faut croire dans l’euro et le dire. Les Financiers pre9le8vent leur deeme sur le PIB mondial avec des mouvements spe9culatifs insupportables. Effectivement, les banquiers tiennent la drage9e haute aux politiques, d’of9 la ne9cessite9 de les tenir en laisse. Une petite taxe Tobin aurait au moins pour avantage de localiser les mouvements de capitaux et de limiter les fuites fiscales. Ca aussi, il faut avoir le courage de le dire. Il faut aussi le re9pe9ter, les banquiers et leurs Hedge Funds, parasitent de notre e9conomie, au lieu de contribuer e0 son essor. Il faut non seulement re-re9glementer mais aussi re9-interme9dier voire re9introduire un encadrement du cre9dit. Le chantage tu me laisses gagner de l’argent comme je veux- je te finance ton e9conomie est insupportable, meame relaye9 par une bande brillante. Les banques ont l’immense privile8ge d’avoir acce8s e0 la monnaie via les banques centrales. Ce ne sont pas des entreprises comme les autres. Ce privile8ge a une contrepartie : financer l’e9conomie, ce n’est pas un droit, c’est un devoir. Sinon, trouvons de nouveaux circuits financiers et asse9chons les banques. Sur un autre plan, nous avons supprime9 les barrie8res douanie8res mais la Chine et les Etats-Unis ont re9introduit un protectionnisme mone9taire tricheur qui met l’euro en porte-e0-faux . Reculons, avane7ons mais ne restons pas au milieu du gue9. Un pas en arrie8re sur la mondialisation ou un pas en avant avec un nouveau syste8me mone9taire international, l’immobilisme serait le pire des maux. On sait que les populations se chargent alors de porter les de9bats dans la rue.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0