Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > RDCongo : 20 militants pro-démocratie de la LUCHA arrêtés à Goma

Le GLPIC demande la libération des militants pro-démocratie et defenseurs des droits humains détenus sur le territoire congolais

RDCongo : 20 militants pro-démocratie de la LUCHA arrêtés à Goma

PAR FAUSTIN MBUSA, 22 DECEMBRE 2016

Alors qu’ils demandaient le départ du Président Kabila dont le second et dernier mandat a officiellement pris fin le 19 décembre à minuit, en organisant un sit-in pacifique devant le gouvernorat du Nord-Kivu, 20 militants pro-démocratie de la LUCHA ont été arrêtés hier par la police à Goma. Ces activistes qui demandent à Kabila de partir en respectant la constitution qui limite le mandat présidentiel à deux, ont été brutalement embarqués selon des témoins à bord des véhicules de la police comme des vulgaires criminels vers une destination inconnue.

"Nos camarades ont été arrêtés par la police dans la matinée d’hier devant le gouvernorat à Goma alors qu’ils demandaient au président Kabila de partir, son dernier mandat ayant pris fin le 19 décembre." C’est en ces termes que s’exprimait hier dans la soirée, un membre du bureau exécutif de la LUCHA joint au téléphone à Goma. Il serait reproché à ces militants pro-démocratie d’avoir troublé l’ordre public par une manifestation non autorisée.

Un représentant de Human Rights Watch basé dans la région indiquait qu’il était difficile d’entrer en contact avec eux car la police n’a pas voulu communiquer leur lieu de détention de peur de provoquer d’autres manifestations. Ces arrestations et autres violences qui ont eu lieu sur l’étendue du territoire national, surviennent au moment où les congolais attendent la reprise des travaux du dialogue inclusif dont l’accord contribuera à trouver un début de solution à la crise de légitimé que connaît le pays.

Les politiciens congolais sommés de trouver un accord avant Noël

Compte tenu de l’évolution dramatique de la situation, les évêques catholiques qui conduisent le dialogue inclusif dit de la dernière chance, ont sommé les politiciens congolais lors de la reprise des négociations ce mercredi 21 décembre, de trouver un accord avant Noël. " Nous ne pouvons pas nous payer le luxe de traîner les choses en longueur pendant que la situation se dégrade. Notre crédibilité est engagée car les congolais risquent de ne plus nous faire confiance comme Eglise au milieu du village et dernier recours" a confié à la presse M. l’Abbé Nshole, porte-parole de la Conférence nationale épiscopale du Congo (Cenco).

Plusieurs détentions et arrestations arbitraires

Alors que la situation est toujours tendue en RDCongo, ces militants de la LUCHA ne font qu’allonger la liste des arrestations et détentions arbitraires dénoncées par le représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDCongo, M. Mamane Sidikou, dans son communiqué du 20 décembre sur la situation du pays. Ses services ont recensés et documentés du 16 au 19 décembre 2016, 113 cas de personnes arrêtées dont certaines seraient détenues arbitrairement. Parmi eux, des responsables des partis politiques, des défenseurs des droits de l’homme, des étudiants des militants pro-démocratie qui luttent pour l’alternance politique.

Les noms des militants de la LUCHA arrêtés :

1. Oswald Kulimushi, 2. André Batundi, 3.Rodrigue Kyamwami, 4.Alain Bendera, 5.Gloire Mwanzavalere, 6.Amitié Muhindo, 7.William Bahati, 8.Pascal Muhindo, 9.Hercule Biringetse, 10.Paulin Mahamba, 11.Patrick Djuma, 12.Shumi Bahati, 13.Mubalama Kitungu, 14.Rebecca Kabugho, 15.Parfait Muhani, 16. Luc Nkulula, 17.Juvin Kombi, 18.Claudia Chuma, 19.Espoir Muyisa, 20. Antipas Mumbere.

Parmi ces militants on retrouve encore une fois Madame Rebecca Kabugho, figure emblématique de la Lutte pour le changement qui a déjà purgé une peine d’emprisonnement d’une année à la prison centrale de Makala à Kinshasa pour son militantisme et sa détermination à lutter pour les droits humains, la justice sociale et la démocratie en République Démocratique du Congo. Son image en tenue de prisonnière, les mains sur les barreaux de la cellule de sa prison a déjà fait le tour sur les réseaux sociaux.

Le GLPIC demande la libération immédiate de ces militants pro-démocratie en respectant leur droit à un procès équitable.

Posted by Faustin Mbusa

Advocacy Officer GLPIC

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0