Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > RDC : après le témoignage de Paul Mwilambwé, quelle suite pour l’affaire (...)

Rebondissement dans l’affaire Chebeya, défenseur des Droits de l’Homme congolais assassiné il y a deux ans

RDC : après le témoignage de Paul Mwilambwé, quelle suite pour l’affaire Chebeya ?

By Guilain Mathe, 02 juillet 2012

La vérité a vraiment la peau dure. L’affaire Chebeya, ce Défenseur acharné des Droits de l’Homme de la RDC et coordonnateur de l’ONG Voix des Sans Voix, assassiné en juin 2010, n’a pas encore cessé de révéler ses mystères. Le journaliste belge Thierry Michel qui a produit il y a peu un film titré "L’Affaire Chebeya, Un crime d’Etat ?", s’est vu expulsé de la RDC par le gouvernement congolais le dimanche 8 juillet 2012. Le motif officiel de son expulsion brandi par les autorités congolaises est que Thierry Michel était porteur d’un visa congolais invalide. Cependant, ce dernier a tout de suite dénoncé un montage éhonté contre sa personne par les autorités congolaises du fait qu’il détient désormais des preuves supplémentaires sur l’assassinat du défenseur des Droits de l’Homme, renseignements recueillis grâce aux entretiens délicats qu’il a eu avec Paul Mwilambwé, un des policiers en fuite qui était présent lors du forfait. Ces nouveaux éléments de preuve détenus par Thierry Michel tendent à confirmer que l’assassinat de Chebeya et de son Chauffeur, M. Fidel Bazana, s’agirait bel et bien d’un crime d’Etat. Ce qui pourrait révolutionner le procès dans l’affaire Chebeya dans les mois à venir, si du moins la justice congolaise se veut sérieuse. Qui vivra verra !

Source : http://www.rfi.fr/afrique/20120711-...

Après le témoignage compromettant d’un policier congolais, Paul Mwilambwé, qui dit avoir assisté à l’assassinat du secrétaire exécutif de l’ONG la Voix des sans voix, quelle suite judiciaire sera donnée à cette affaire ? Les avocats des parties civiles envisagent de demander un complément d’enquête. Le policier affirme que le donneur d’ordres est le général Numbi, l’inspecteur général de la police congolaise, et dit savoir où est enterré le corps de Fidel Bazana, le chauffeur de Floribert Chebeya.

Que vaut le témoignage de Paul Mwilambwé ? Pour les parties civiles, ses déclarations faites au journaliste belge Thierry Michel justifient amplement un complément d’instruction. Les avocats comptent bien le demander mardi 17 juillet, lors de la prochaine audience du procès en appel des assassins de Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidel Bazana.

Les avocats, qui souhaitent que le général Numbi soit entendu non plus comme témoin mais comme prévenu, voient dans les révélations faites par le journaliste Thierry Michel l’occasion de changer le cours du procès. Ils souhaitent par ailleurs que la justice prenne en compte les informations du policier Mwilambwé, qui donne avec précision l’emplacement de la tombe de Fidel Bazana.

Reste à savoir si la justice congolaise prendra ces révélations au sérieux. Si tel est le cas, la cour militaire ainsi que l’auditeur général, autrement dit le procureur militaire, peuvent de leur propre chef ouvrir une instruction complémentaire, envoyer une commission rogatoire interroger le journaliste belge, ou même le policier Paul Mwilambwé, actuellement en fuite.

En revanche, il est peu probable que celui-ci, condamné à mort par contumace et actuellement réfugié dans un pays africain, souhaite se rendre à la justice congolaise. Il l’avait fait en avril 2011 et dit avoir échappé de peu à un assassinat avant de fuir à l’étranger.

Mis en ligne par Guilain Mathe

Director, GLPIC

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0