Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > RDC : Kivu, une guerre qui va durer

Efforts de paix, relance de la guerre...

RDC : Kivu, une guerre qui va durer

Le 14 juin 2012, by Guilain Mathe

Depuis plus de deux mois, de violents combats opposent l’armée congolaise aux mutins du général Bosco Ntaganda et au groupe rebelle du M23 à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). L’ONU, Human Rights Watch et les autorités congolaises accusent le Rwanda de venir en aide aux rebelles. Alphonse Maindo, professeur en Sciences politiques à l’université de Kisangani, revient d’une mission de recherche à Bukavu et Goma. Pour ce spécialiste de la région, "le Rwanda est en quête d’un nouvel homme fort dans les Kivu" et ni l’armée congolaise, ni la mission des Nations unies n’arrivent à ramener la paix, "le conflit dans les Kivu va durer encore longtemps". Explications.

Interview conduite par Afrikarabia le 13 juin 2012 ; Propos recueillis par Christophe RIGAUD

Source : http://afrikarabia.blogspirit.com/a...

- Afrikarabia : Avez-vous été surpris par les rapports de la Monusco et de Human Rights Watch qui accusent le Rwanda de soutenir les rebelles congolais de Bosco Ntaganda et du M23 ?

- Alphonse Maindo : Je n’ai pas de tout été étonné par ces rapports. Cela ne fait que confirmer tout ce qui se dit déjà au Nord et au Sud-Kivu.

- Afrikarabia : Quel est l’objectif du Rwanda en aidant les mutins ?

- Alphonse Maindo : On peut trouver derrière ce soutien du Rwanda aux rebelles du M23 la quête d’un nouvel homme fort, comme cela a été le cas avec Laurent Nkunda (hors-jeu depuis son arrestation en 2009 par le Rwanda, ndlr) et maintenant Bosco Ntaganda. Aujourd’hui Bosco Ntaganda est devenu infréquentable (il est recherché par la Cour pénale internationale, ndlr). Il a perdu la protection du gouvernement congolais, sous la pression internationale à la suite de la contestation des élections, et maintenant Kinshasa est obligé de faire un geste envers la communauté internationale. Le Rwanda doit maintenant trouver un autre homme fort pour remplacer Bosco Ntaganda. C’est la raison de l’émergence de la rébellion du M23, avec à sa tête le colonel Makenga, qui devrait prendre la place de Ntaganda. Le Rwanda se doit de garder des alliés dans la région (pour des raison sécuritaire mais aussi économique, ndlr), alors d’un côté il allume le feu et en même temps il se présente comme le pompier qui va tout arranger. Ce n’est malheureusement pas le premier à le faire dans la région, Mobutu l’a déjà fait par le passé.

- Afrikarabia  : Pourquoi l’armée régulière congolaise (FARDC) n’arrive pas à venir à bout de ces quelques centaines hommes (on parle de 500 mutins) retranchés dans les collines du Nord-Kivu ?

- Alphonse Maindo : Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord des raisons techniques. Nous avons au Nord-Kivu, des soldats congolais qui ne maîtrisent pas bien le terrain qui est très difficile d’accès. Face aux FARDC, on trouve des mutins qui connaissent très bien la région, ce sont des enfants du coin, ils sont nés ici. En plus, ils ont eu le temps de se préparer au conflit. Les mutins occupent des collines et il est très difficile de les déloger. Ils bénéficient également des soutiens de leurs proches qui sont dans la région. Le M23 a également trouvé réfuge "à cheval" sur les frontières entre la RDC, le Rwanda et l’Ouganda, ce qui lui permet de trouver facilement de l’aide, des armes et des vivres. Du côté de l’armée régulière congolaise, les troupes proviennent de Kindu, dans la province du Maniema (à plusieurs centaines de kilomètres des zones de combats, ndlr). Ils ne connaissent donc pas le terrain. Lors de ma mission à Goma le mois dernier, j’ai appris que les soldats congolais auraient refusé d’aller se battre sur le front. Une des raisons serait la suivante : il y a plusieurs semaines, ces soldats avaient encerclé la ferme de Bosco Ntaganda dans le Masisi et attendaient l’ordre de leur hiérarchie pour lancer l’assaut final et capturer le général rebelle. Et visiblement, on leur a demandé de stopper l’offensive, ce qui expliquerait leur mécontentement. Selon ces soldats, ce n’est pas la première fois que ce genre de contre-ordre est donné, y compris au moment de la rébellion de Laurent Nkunda (en 2008, ndlr).

- Afrikarabia : Pourquoi les casques bleus de la Monusco, pourtant très présents dans la régio, n’arrivent pas à ramener la paix ?

- Alphonse Maindo : Pour la Monusco, les raisons sont différentes. Contrairement aux FARDC, les casques bleus ont les moyens de combattre. Les soldats de la Monusco sont bien équipés, bien payés, ce qui n’est pas le cas de l’armée congolaise. La Monusco devrait faire la différence sur le terrain. Pourquoi n’y arrivent-ils pas ? Tout d’abord, les règles d’engagement sont trop complexes à appliquer. Comme toutes les opérations de maintien de la paix, il faut de nombreuses autorisations pour ouvrir le feu. Ces autorisations viennent de New-York, puis des commandements des pays qui sont engagés sur le terrain... c’est trop complexe. Ensuite, il ne faut pas oublier que ce sont des troupes qui viennent de pays en voie de développement. Les soldats de ces pays viennent là pour gagner un peu d’argent et pour en profiter, il vaut mieux revenir de sa mission vivant plutôt que mort... ce qui est normal ! Cette notion joue sur l’engagement des troupes sur le terrain. Les Etats-majors veulent également minimiser les pertes humaines dans leurs rangs et cela explique que la Monusco s’engage le moins possible face aux groupes armés. Alors évidemment on peut changer le mandat de la Monusco, mais je ne vois pas ce que l’on pourrait donner de plus à ce mandat. Ils ont déjà tout. Les brigades de la Monusco qui sont au Kivu et en Ituri ont les outils juridiques qui permettent un réel engagement militaire pour imposer la paix.

- Afrikarabia  : Est-ce que ce conflit peut durer longtemps ?

- Alphonse Maindo : Je crains que cela dure très longtemps. Il sera difficile de déloger ces rebelles des collines du Nord-Kivu. La stratégie du M23 et de Bosco Ntaganda est de tenir le plus longtemps possible. Je pense également qu’il sont en train de s’organiser aujourd’hui pour passer à l’offensive pour récupérer du matériel et des armes. Et comme ils sont adosser à la frontière rwandaise, où il y a du trafic d’armes de toutes sortes... ils tiendront longtemps.

- Afrikarabia : Qu’est-ce-qui peut faire évoluer la situation et apaiser les tensions à l’Est de la RDC ?

- Alphonse Maindo  : Deux éléments pourraient faire évoluer la situation. Tout d’abord une forte pression de la communauté internationale. Et il faut frapper là où ça fait mal. Les deux principaux acteurs de ce conflit, le Rwanda et la RDC, vivent pour plus de 50% de l’aide internationale. Si on donne un signal clair pour dire : "stop ! sinon on coupe les vivres", je crois que les gouvernements vont y réfléchir à deux fois avant de laisser pourrir la situation. Deuxième élément : il faut susciter l’intérêt de cette communauté internationale et seuls les Congolais eux-mêmes peuvent le faire. Ils doivent se mobiliser massivement pour dire : "on veut la paix !". Je pense que cela peut éveiller la conscience de la communauté internationale.

Propos recueillis par Christophe RIGAUD

Alphonse Maindo est l’auteur de : "L"état à l’épreuve de la guerre en Afrique centrale" Ed. Universitaire européennes Avril 2012 - 580 pages - 98 euros

Mis en ligne par Guilain Mathe

Director, GLPIC

1 Message

  • RDC : Kivu, une guerre qui va durer 6 juillet 2012 20:16, par UQiYAAYxOkx

    Il ne faut jamais vdenre la peau de l’ours avant de l’avoir tue9 : c’est au moment du bilan que l’on fe9licite ou pas. La banque mondiale vient d’e9lire un me9decin anthropologue e0 sa teate, et pourtant il n’a jamais eu e0 faire avec les finances ! Combien de membres des gouvernements, depuis la IIe Re9publique, avaient e9te9 mis e0 la teate des ministe8res correspondant e0 leurs e9tudes ou professions ? Quel fut leurs bilans ? Of9 en sommes-nous en 2012 ? Lorsqu’une se9mantique est mal utilise9e, on ne peut pas avoir l’esprit de9gage9 pour penser et agir positivement. Aussi longtemps que les mots comme : exode rural, paysan (paysannat), seront dans les discours e9crit et oral des intellos congolais, alors que les campagnes, qui se vident et agriculteurs sont utilise9s, l’agriculture congolaise tournera en rond. Coment satisfaire les besoins immate9riels et mate9riels des agriculteurs est la question que toutes les puissances agricoles (giga, me9ga, moyennes ou petites) se posent et essaient de trouver en permanence de re9ponses ade9quates. Mais, comme la RDC est un pays, of9 les Responsables font tourner les aiguilles de l’horloge dans l’autre sens, l’agriculture congolaise ne verra pas le bout du tunnel demain.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0