Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > Protection de la femme et de l’enfant > Nord-Kivu : plus de 2500 personnes violées en 6 mois

Face aux violences sexuelles, la femme du Kivu n’est pas au bout de ses peines

Nord-Kivu : plus de 2500 personnes violées en 6 mois

By Solange Masika, 10 septembre 2012

On assiste de plus en plus à un phénomène nouveau dans les violences sexuelles récurrentes au Kivu. Selon les dernières révélations de l’ONG Heal Africa basée à Goma, les filles mineures ont été fortement victimes des violences sexuelles au Nord-Kivu au cours des six derniers mois, tandis que la plupart des présumés responsables de ces viols sont de plus en plus des civils que des militaires. La récurrence des violences sexuelles serait surtout la conséquence de l’impunité qui règne en maître et l’inefficacité des programmes d’intégration des jeunes démobilisés à l’Est de la RDC.

Plus de deux mille cinq cents personnes dont 30% d’enfants ont été violées entre janvier et juin 2012 dans la province du Nord Kivu, selon le rapport de l’ONG Heal Africa présenté lundi 10 septembre à Kinshasa. Le directeur programme de cette structure, Jean-Robert Likofata, s’est étonné que les victimes se comptent de plus en plus parmi les mineures et que les auteurs soient des civils.

Jean-Robert Likofata a ajouté que la ville de Goma a enregistré plus de cas de violences que d’autres provinces.

« Quand nous voyons uniquement à l’hôpital Heal Africa à Goma, la tendance est encore plus grave ! 70% des cas des violences sexuelles enregistrés à l’hôpital de Goma concernent des filles mineures. L’autre fait ce que les acteurs des viols sont de plus en plus devenus des civils », a-t-il déclaré.

Selon ce rapport, cette augmentation est due à l’abus de pouvoir, à l’impunité et à l’échec de la réinsertion des ex-démobilisés.

Les militaires ont souvent été accusés de viol. Le lieutenant colonel Maï-Maï, Sadoke, âgé d’une trentaine d’années a été poursuivi en 2010 pour viol massif sur 154 femmes à Walikale, toujours au Nord-Kivu.

En 2007, deux mille neuf cents cas de violences sexuelles ont été enregistrés à Goma. Le Fonds des Nations unies pour la population avait dénoncé l’impunité des auteurs de ces violences sexuelles.

Le Nord-Kivu n’est par la seule province où des cas des violences sexuelles sont enregistrés. En Province Orientale par exemple, La société civile de Basoko et Yahuma a recensé plus de cent cas de viols sur mineures entre avril et août dernier 2012 dans ces deux territoires du district de la Tshopo.

Radio Okapi : Copyright Radio Okapi

Posted by Solange Masika

Responsable protection de le femme et de l’enfant, GLPIC

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0