Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > Protection de la femme et de l’enfant > Nord-Kivu : l’ONG Heal Africa a enregistré 112 cas de violences sexuelles en (...)

SOS : La nouvelle rébellion au Kivu risque d’accentuer les violences sexuelles des femmes

Nord-Kivu : l’ONG Heal Africa a enregistré 112 cas de violences sexuelles en mars à Mweso

By Solange Masika, 21 juin 2012

La situation des femmes dans la région du Kivu en proie à des conflits armés est de plus inquiétante. Ce 19 avril 2012, l’ONG Heal Africa vient de rendre public un rapport qui se passe de tout commentaire. Sur 112 cas de femmes violées qu’elle a recensé dans le seul hôpital de Mweso au Nord-Kivu, 48 sont des filles mineures, soit environ 43% des cas recensés. Le GLPIC tire la sonnette d’alarme sur le risque que représente l’émergence de la nouvelle rébellion au Nord-Kivu sur la détérioration de la vulnérabilité de la femme face aux violences sexuelles dont elle fait l’objet en toute impunité dans la région.

Source : http://radiookapi.net/actualite/201...

Dans son rapport publié jeudi 19 avril, l’ONG Heal Africa indique avoir recensé cent douze cas de violences sexuelles au mois de mars dans la zone de santé de Mweso au Nord-Kivu. Pour cette organisation, l’insécurité causée par les groupes armés et la présence de nombreux camps des déplacés dans cette partie de la province sont les causes de ces violences sexuelles.

Le rapport indique que sur les cent douze cas de violences sexuelles enregistrés, quarante-huit concernent des filles mineures. Ces chiffres ont pris en compte les aires de santé de Burungu, Kitshanga, Rugarama et Lushebere situées dans la zone de santé de Mweso.

La plupart de victimes des violences sexuelles vivent dans des camps de déplacés. L’ONG pointe du doigt des miliciens des groupes armés et certains civils.

Comparativement aux années précédentes, la situation ne s’est pas améliorée dans cette zone de santé, affirme un responsable d’Heal Africa.

Pour remédier à cette situation, l’ONG demande au gouvernement congolais de mettre fin à l’activisme des groupes armés dans cette partie du Nord Kivu et de punir les auteurs des violences sexuelles.

Mis en ligne par Solange Masika

Responsable Protection de le femme et de l’enfant, GLPIC

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0