Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > Nord-Kivu : des rebelles FDLR et Pareco occupent 2 camps des déplacés à (...)

Les bruits des bottes montent d’un cran à l’Est de la RDC

Nord-Kivu : des rebelles FDLR et Pareco occupent 2 camps des déplacés à Masisi

By Guilain Mathe, 16 avril 2012

Le jugement de Thomas Lubanga à la Cour Pénale Internationale n’est pas resté sans incidences sur la stabilité sécuritaire à l’Est de la RDC. Des pressions qui s’en sont suivies sur le protégé du gouvernement congolais, le Général Bosco Ntaganda, lui aussi visé depuis 2006 par un mandat d’arrêt international, ont créé la fièvre au sein des forces armées. Plusieurs défections ont été observées au sein des Forces armées de la RDC par les anciens militaires du CNDP, toujours fidèles à leur chef de troupe Bosco Ntaganda. Lors de son passage au Nord et au Sud-Kivu la semaine dernière, le Chef de l’Etat Joseph Kabila vient de suspendre les Opérations Militaires Amani Leo destinées à traquer les milices locales et rébellions étrangères opérant dans la région. Situation confuse dont profitent désormais les groupes armés dits négatifs qui viennent de s’emparer de deux camps des réfugiés au Masisi, au mépris des Droits de l’Homme et du Droit International Humanitaire. Et la tragédie humanitaire se porte toujours bien...

Source : http://radiookapi.net/actualite/201...

Plusieurs familles déplacées qui ont fui des combats dans les villages de Bibwe, Kivuye et Kitso décrient des exactions dont elles sont victimes de la part des éléments des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et de Pareco à Masisi (Nord-Kivu). Deux camps de déplacés de Mpati sont passés sous le contrôle de ces rebelles le vendredi 13 avril.

Le même jour, une délégation de la Monusco s’est rendue à Mpati pour constater la situation des déplacés. Une femme trouvée sur place a affirmé : « Ces combattants nous tracassent mais nous n’avons aucun moyen de défense et en plus nous ne pouvons pas quitter ce camp car ces combattants bloquent toutes les issues ». Elle ajoute que personne ne peut quitter Mpati parce que les rebelles de la coalition FDLR-Pareco ont érigé des barrières dans la localité et leur ravissent leurs biens.

« Dans le camp, ils nous exigent de leur trouver des poules et des chèvres alors que nous sommes dépourvus de tout. Nous n’avons pas de paix parce que nous sommes sous l’autorité des combattants FDLR et Pareco. Nous souffrons beaucoup car nous n’avons pas de médicaments, de l’eau ni de nourriture. Nous n’avons même pas d’installations hygiéniques », a-t-elle poursuivi.

A part le camp des déplacés de Mpati, plusieurs autres ménages sont installés dans les camps de Kitso et Nyange. Dans ce dernier camp situé à 6 kilomètres de Mpati, de centaines des ménages sont pris en otage par la coalition des FDLR et de Pareco, ont affirmé des témoins. Les deux groupes accusent ces déplacés de collaborer avec leurs belligérants.

« Je demande au gouvernement de nous venir en aide en nous envoyant des militaires pour notre sécurité car nous ne savons plus quoi faire », a renchéri l’une des victimes.

Selon elles, ces groupes armés opèrent dans les camps des réfugiés après le retrait des militaires FARDC. Ces derniers ont quitté leurs positions dans plusieurs villages il y a plus d’une semaine. Les raisons de leur retrait ne sont pas encore connues. Difficile pour l’heure d’indiquer le nombre de déplacés car plusieurs mouvements de la population ont été observés dans ce secteur ces derniers jours.

Mis en ligne par Guilain Mathe

GLPIC, Director

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0