Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > Le vaillant Colonel Mamadou Ndala mort calciné près de Beni au (...)

La RDC vient de perdre un digne fils du pays

Le vaillant Colonel Mamadou Ndala mort calciné près de Beni au Nord-Kivu

Guilain Mathé, January 2, 2014

Le Great Lakes Peace Initiative Center (GLPIC) est profondément préoccupé par la poursuite des violences au Nord-Kivu, notamment l’attentat meurtrier aux alentours de la ville de Beni ayant conduit à l’assassinat du Colonnel Mamadou Mustafa Ndala, Commandant de l’Unité de Réaction Rapide de la RDC. Le très célèbre Colonel Mamadou Ndala, le même qui dirigeait les opérations durant la guerre contre le M23, vient de succomber dans un attentat contre sa jeep. Il séjournait dans le Territoire de Beni dans le cadre de la sensibilisation avant la traque de la rébellion ougandaise des ADF-NALU qui endeuille les populations civiles dans cette région. Une roquette a été lancée contre son convoi ce jeudi 2 janvier 2014 à la sortie du Centre-ville de Beni. Sur les huit personnes qui étaient dans sa jeep, deux sont morts (dont le Colonel Mamadou lui-même) et quatre seraient arrivés dans un état critique à l’hôpital de Beni pour la chirurgie. Jusque 15 heures heure de Beni, le corps de Mamadou Ndala brûlait dans la carlingue. Ainsi la RDC vient de perdre un digne fils du pays, un héros de la carrure de Patrice Emery Lumumba, dont l’histoire de cette jeune nation se souviendra aussi longtemps que les montagnes du Kivu tiendront sur leur base.

Source : http://radiookapi.net/actualite/201...

Le colonel Mamadou Ndala, commandant de la Brigade Commando URR (Unité de réaction rapide), a été tué ce jeudi 2 janvier dans une embuscade des rebelles ougandais de l’Adf-Nalu dans le village appelé Ngadi, entre l’aéroport de Mavivi et Beni-ville (Nord-Kivu). Joint au téléphone, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a confirmé la nouvelle.

Selon des sources militaires, plusieurs membres du convoi ont également été tués. Pour l’instant, les Casques bleus népalais de la Monusco, arrivés sur les lieux, s’activent à éteindre le feu mis par les assaillants à l’un des véhicules du convoi. Celui-ci aurait perdu plusieurs autres de ses membres dont le nombre reste à déterminer.

Peu avant la confirmation de sa mort, son garde du corps, le caporal Paul Safari, a fait ce témoignage à l’AFP :

« Une roquette est arrivée du côté droit de la route et a atteint notre jeep, surmontée d’une arme lourde. J’ai commencé à tirer jusqu’à terminer toutes mes munitions, mais nos agresseurs avançaient toujours. Quand la roquette a touché la jeep, le colonel était toujours en vie. Quand j’ai fui, je ne l’ai pas vu sortir de la voiture, je ne sais pas s’il est vivant ou pas ».

Le colonel Mamadou Ndala a été au premier plan lors des opérations des Forces armées de la RDC contre le M23. Après avoir délogé les rebelles à Nyiragongo et Rutshuru, des rumeurs avaient annoncé sa relève de Goma pour Kinshasa.

Cette rumeur avait suscité en juillet dernier des vives protestations dans les rues de Goma (Nord-Kivu) où des jeunes avaient manifesté pour demander le maintien en fonction de cet officier militaire.

Mamadou Ndala était obligé de démentir cette rumeur en déclarant : « Ce n’est pas vrai, c’est une rumeur. Une manipulation des rebelles qui veulent déstabiliser le moral de la population et des troupes engagées au sol ».

Le colonel Mamadou Ndala menait une autre opération contre des rebelles ougandais de l’Adf-Nalu. L’armée avait déjà réussi à récupérer la localité de Kamango, Kisiki et le pont de Semliki, jadis occupé par des rebelles.

C’est lorsque le convoi des FARDC est arrivé dans le village appelé Ngadi, que son convoi a été ciblé par des rebelles qui l’ont tué.

Guilain Mathé

Director, GLPIC

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0