Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > Eclaboussé par un rapport de l’ONU, le gouvernement congolais expulse le (...)

Après le M23, le gouvernement congolais conteste la neutralité des Nations-Unies

Eclaboussé par un rapport de l’ONU, le gouvernement congolais expulse le Représentant des Nations-Unies aux Droits de l’Homme

By Guilain Mathe, le 18 octobre 2014

Après le M23, le gouvernement congolais joue au va-t-en guerre contre l’ONU sur fond des violations des Droits de l’Homme. Le plus étonnant est que le gouvernement congolais qui avait salué le rapport de Scott Campbell accusant le M23 de violations flagrantes des Droits de l’Homme publié le 9 octobre 2014, fait un revirement à 180 degrés : il dénonce le manque de professionnalisme et d’honnêteté dans le chef de l’agent onusien, parlant de ce fait le même langage que la Direction du M23.

A peine une semaine après que le Bureau Conjoint des Nations-Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) en RDC ait publié un rapport accablant sur les violations graves des droits de l’homme commis par le M23 en Territoire de Rutshuru, le BCNUDH vient d’éclabousser le gouvernement congolais qui aurait brillé dans les violations graves des droits humains lors de l’opération "likofi" (coup de poing) lancée en 2013 pour lutter contre la criminalité urbaine dans la ville de Kinsahasa.

Tandis que la Direction politique du M23 avait réagi fermement en accusant les Nations unies de manquer de neutralité et de jouer le jeu de Kinshasa que la Force Spéciale de la MONUSCO avait soutenu militairement pour évincer la rébellion du M23 en novembre 2014, le gouvernement congolais avait lui salué ce rapport du BCNUDH qui fragilise davantage l’Ex-rébellion du M23 et ses ambitions politiques.

Cette fois-ci c’est le retournement de la situation. Le nouveau Rapport du BCNUDH accuse la Police Nationale Congolaise de 9 exécutions sommaires et 32 portés disparus lors de l’opération "likofi" visant la neutralisation des jeunes délinquants en ville de Kinshasa. Le lendemain de la publication de ce rapport, le gouvernement congolais, par la bouche du Ministre de l’Intérieur, a déclaré le Directeur du BCNUDH "personna non grata" et décidé de son expulsion sans condition.

Le gouvernement congolais et l’ex-rebellion du M23 seraient-ils tous réfractaires au respect des Droits de l’Homme ? Ou est-ce plutôt la neutralité des rapports de l’ONU sur les violations des Droits de l’Homme qui pose problème ?

Pour lire la version française et anglaise de ce rapport, cliquer dans les liens ci-dessous.

Posted by Guilain Mathé

GLPIC, Director

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0