Accueil du site > Recherche et Formation > Publications > APPEL A CONTRIBUTION DU GREAT LAKES PEACE INITIATIVE CENTER

PUBLICATION

APPEL A CONTRIBUTION DU GREAT LAKES PEACE INITIATIVE CENTER

Deadline : Samedi, 5 novembre 2011

Le Great Lakes Peace Initiative Center (GLPIC) lance un appel à contribution aux universitaires africains de la Région des Grands lacs en vue de publier dans les tous prochains jours (dans la première quinzaine du mois de novembre) un rapport sur le thème "Quand démocratie rime avec violence armée : le défi sécuritaire des élections apaisées en RDC".

Le GLPIC est une association savante ayant pour mission de contribuer à l’édification de la Sécurité Humaine dans la Région des Grands lacs (et l’Afrique en général) par la promotion des Droits de l’Homme et de la Gouvernance démocratique. Il vise à impliquer les universitaires africains dans la promotion de la Sécurité Humaine sur le continent à travers la recherche-action, la formation et le plaidoyer. Ce rapport sur la problématique de la démocratie et de la violence armée en RDC constituera le premier numéro de la périodique trimestrielle du GLPIC dénommée « Peace Initiative Bulletin ».

En effet, les élections qui se profilent en RDC en fin novembre 2011 (re)présentent un enjeu sécuritaire majeur qui ne peut nous laisser indifférent en tant qu’organisation spécialisée dans la problématique de la Sécurité humaine dans la région. Le GLPIC en appelle donc aux universitaires de la région intéressée par cette thématique d’apporter leur contribution à la publication de ce rapport : ceux qui enverront leur contribution seront mentionnés comme auteurs.

L’objectif du rapport est de décrypter les contraintes sécuritaires au déroulement des élections apaisées le 28 novembre et d’explorer l’ampleur du défi auquel s’affronteront les élus dans la restauration de la paix et de la stabilité. Pour ce, le rapport vise à dresser une cartographie des groupes armés (rebellions nationales et étrangères, milices ethniques, associations criminelles organisées) opérant sur le territoire congolais (particulièrement à l’Est : province Orientale, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema, Katanga) et les menaces qu’ils font peser sur le processus démocratique.

Etant donné le caractère dynamique des acteurs à étudier, le rapport voudrais se focaliser spécialement sur les groupes armés et organisations criminelles opérant durant les six derniers mois, chacun dans les régions précitées. Les contributions entendues peuvent donc se baser sur un ou plusieurs groupes ou organisations criminelles intéressant les recherches de leurs auteurs.

D’un point de vue méthodologique, vous pourrez vous baser sur l’observation directe (votre présence et maitrise du terrain, les entretiens libres que vous avez effectué ou pourrez effectuer) et/ou la revue documentaire (analyse critique des rapports de presse, des émissions dans les médias, ou des rapports des ONG locales, nationales et internationales présentes sur place).

Pour assurer une certaine homogénéité des contributions, il vous est proposé ci-dessous un canevas (non exhaustif) qui pourrait vous servir de fil conducteur et vous faciliter la rédaction (point n’a besoin de développer une longue littérature : mentionner juste l’essentiel en quelques pages selon votre inspiration et les données à votre disposition).

Les éléments essentiels à mentionner sont (mais pas exclusivement) :

- dénomination du ou des groupes armés ou criminels
- localisation géographique
- identité ethnique/ religeuse des membres/ ou des leaders (si ils se revendiquent d’une appartenance ethnique ou culturelle)
- aperçu historique du groupe
- les motivations déclarées et non déclarées de leurs revendications (la rhétorique utilisée pour justifier leur combat, les contradictions entre le discours et la pratique sur le terrain)
- stratégie de survie : ressources contrôlées (fiscales, minières, agro-pastorales, financement maffieux transnationaux,...)
- les actions récemment menées par ces groupes durant les six derniers mois (attaques, otages, incidents,...)
- les conséquences humaines de leurs actions, qualitativement ou quantitativement (femmes violées, enfants affectés, déplacés internes et réfugiés,...)
- en guise de conclusion : montrer en quoi les groupes identifiés constituent une menace au déroulement apaisé des élections et/ou un défi à la stabilité postélectorale.
- formuler des recommandations, si possible.

Il est impérieux que le rapport soit publié dans la première quinzaine de novembre pour permettre d’avoir le temps nécessaire à sa vulgarisation et à valoriser les recommandations qui y seront formulées. Pour ce faire, prière envoyer votre contribution à matheguilain@gmail.com au plus tard le samedi 5 novembre 2011.

NB : envoyez également votre bio (avec ou sans votre photo passeport) en quelques lignes qui figurera sur la page des auteurs, avec vos coordonnées de contact (téléphone et email). En voici les exemples sur notre site : http://www.glpic.org/Staff.

Pour le GLPIC,

Guilain Mathe
Director, GLPIC

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0