Accueil du site > Alerte et Plaidoyer > A Kirumba, toujours pas d’enquête sur l’assassinat du défenseur des droits (...)

Le GLPIC dénonce les menaces et intimidations contre les défenseurs des droits humains à l’Est de la RDCongo

A Kirumba, toujours pas d’enquête sur l’assassinat du défenseur des droits humains, Marcel Tengeneza

PAR FAUSTIN MBUSA, 17 DECEMBRE 2016

Les menaces et intimidations contre les défenseurs des droits de l’homme et les militants pro-démocratie se multiplient à l’Est de la République Démocratique du Congo à l’approche du 19 décembre, date officielle de la fin du mandat du président Joseph Kabila. Le GLPIC dénonce ce lourd climat d’insécurité généralisée et invite les autorités politico-militaires de la région à prendre leurs responsabilités en protégeant les citoyens et leurs biens, à faciliter le travail des défenseurs des droits humains qui contribuent par leurs actions au rétablissement de la paix.

M. Marcel Kasereka Tengeneza, fervent défenseur des doits humains, a été assassiné dans la soirée du 14 décembre à Kirumba, en territoire de Lubero, dans la province du Nord-Kivu. Il venait de participer d’après ses amis, inconsolables, à un atelier organisé par le comité des sages de Kirumba en collaboration avec la MONUSCO, sur la sécurité et le mouvement des populations dans la région qui provoque parfois des tensions au sein des communautés locales. Selon les différents témoignages témoignages recueillis sur place, deux hommes armés ont fait irruption dans sa parcelle vers 19h et lui ont tiré une balle dans la tête. Interrogés, les proches de la victime ne savent pas toujours si cet assassinat est lié à ses activités de défense des droits humains ou pour une autre raison. Ils déplorent par la même occasion le fait fait qu’aucune enquête susceptible d’élucider ce forfait n’est pas encore diligentée par les autorités locales.

La perte d’un militant très dévoué

Pendant plus de 10 ans, M. Tengeneza était le représentant de la Société Civile à Kirumba. Il travaillait avant sa mort, pour le compte du Conseil Régional des ONG de Développement(CRONG). C’est pour dénoncer ce climat d’insécurité permanente que la Société Civile du Nord-Kivu a appelé à trois journées de ville-morte du 26 au 28 octobre 2016. Cette action avait pour but de protester contre l’insécurité grandissante dans la région et surtout sur les axes routiers Butembo-Goma où les attaques des véhicules des commerçants dans le parc des Virunga sont monnaie courante.

Le Centre d’Etudes pour la Promotion de la Paix, la Démocratie et les Droits de l’Homme(CEPADHO), déplore la perte d’un activiste très dévoué. Le GLPIC se joint à toutes les organisations de la société civile du Nord-Kivu pour appeler les autorités politico-militaires et judiciaires de la région, à rechercher activement les auteurs de ce lâche assassinat afin qu’ils répondent de leur forfait en vue de lutter contre l’impunité.

La province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo est une région aux enjeux politiques et économiques complexes où il ne fait pas bon d’avoir comme fonction, défenseur des droits humains. Les "prédateurs de la démocratie", une expression chère au mouvement citoyen de la LUCHA(Lutte pour le Changement), mouvement né dans la région, et les trafiquants de tout genre, liés à certains groupes armés ne tolèrent pas des témoins gênants. Puisse le sang de Tengeneza féconder d’autres militants déterminés afin de continuer à dénoncer l’injustice et à oeuvrer pour l’avènement de la paix toujours menacée dans la région de grands lacs.

Posted by Faustin Mbusa

Advocacy Officer, GLPIC.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0